Accueil > Musique > Musique Africaine

Au cœur des origines de la Kora

La Kora est un instrument de musique traditionnel qui tire ses racines de l'Afrique de l'Ouest. Cette harpe-luth est traditionnellement jouée par les griots.

Zara Traboun
🕓 Modifié le
Au cœur des origines de la Kora
Résumé de l'article

👉🏾 La Kora l’instrument musical Le plus mythique en Afrique

👉🏾 La Kora est faite à base des matériaux naturels

Afficher le sommaire Masquer le sommaire

Originaire de la Gambie, la kora est l’un des instruments à cordes les plus complexes d’Afrique. Ayant l’apparence de la guitare, ce petit instrument mythique est fabriqué à partir d’une grande calebasse divisée en deux par une housse de cuir qui tient les cordes. En guise de rappel, la kora est composée de 21 cordes et mesure approximativement un mètre.

Dans les temps anciens, la Kora remplissait de nombreuses fonctions. Parmi lesquelles : elle servait d’instrument d’accompagnement pour raconter des contes et des histoires parlées ou chantées. On l’utilisait aussi dans des soirées importantes, des réunions et des cérémonies. Aujourd’hui, la Kora est devenue très populaire. On la retrouve dans de nombreuses musiques mondaines et est désormais associée à divers instruments de musique tels que : le synthétiseur et les guitares électriques.

Vous souhaitez en savoir plus sur ce fameux instrument africain ? Dans cet article, on vous détaille tout sur l’origine de la Kora.

Les mythes de la Cora

Les origines de la Kora remontent à une ancienne légende africaine. En effet, selon la mythologie, la Kora a été découverte par un chasseur.

Il se raconte qu’un jour, sous le charme d’une belle journée, un homme est allé chasser en forêt en compagnie de son chien. Après des heures de chasses, il succomba à la fatigue et décida de se reposer. Soudain, il remarqua un petit objet scintillant adossé sur un grand arbre : c’était la Kora. L’homme s’approcha de plus près, tendit la main et toucha l’instrument.

Submergé par la douce mélodie émit par la Kora, le chasseur s’exclama : « je n’ai jamais vu rien de tel de toute mon existence ». Envouté par cet instrument, il poursuivit en disant : « si personne ne vient le chercher, je le ramerai chez moi ». Après avoir patienté quelques heures, l’homme, ne voyant personne, décida d’emporter la Kora chez lui.

Sur le chemin de retour au village, le chasseur fit la rencontre d’un étranger qui était en réalité un génie. Chose dont le chasseur ignorait. D’un air innocent, le chasseur s’approcha du génie et lui demanda : « Savez-vous ce que c’est ?, cet instrument vous appartient-il ? » en lui montrant l’instrument. Le génie par la suite répondit : « oui, cet instrument m’appartient et c’est une kora. » il ajouta ensuite : « Il est nommé ainsi, car il aide à surmonter la fatigue. » juste après, le génie montra au chasseur comment utiliser la Kora.

Tout content, le chasseur retourna dans son village avec sa découverte et le montra à tout le village. Bien évidemment, tout le monde fut ébloui par ce charmant objet. C’est ainsi que le chasseur commença à jouer et tout le village étaient sous le charme de la mélodie. C’est ainsi que la kora est devenue connu. Et est joué aujourd’hui par de nombreux chanteurs africains à l’instar de Sidiki Diabaté.

Comment est fabriqué la Kora ?

La Kora est faite à base d’une d’une demi grosse calebasse qui sert de caisse de résonance. Il est recouvert d’une peau de chèvre ou de bœuf et est franchi par un manche en bois sur lequel sont placés de nombreuses cordes en nylon ou en file de pêche. Il est joué par le koriste avec les pouces et les indexes de ses deux mains.

Son usage s’est répandu à travers la musique gambienne, malienne et sénégalaise. Mais aussi Guinéenne . Il est joué par de nombreux chanteurs africains tels que Lamine Konté qui d’ailleurs est le premier koriste à avoir fait connaître la kora au public européen.

Restez à l'affut
Suivez-nous sur Google News

À propos de l'auteur, Zara Traboun

Passionnée de voyage, de la pop et de la culture. je suis diplômée d'une licence en études bilingues et d'un Master en études contrastives des langues.